avant debut de puberté

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Messages
  • #15061
    Amélia L.
    Participant

    Bonsoir,

    La fille d’une amie rencontre un problème dont elle n’arrive pas à resoudre je vous explique le tableau

    fillette de 10 ans non reglée non formée qui commence tout juste à avoir quelques odeurs corporelles

    a des douleurs au niveau des ovaires du périnée (mini 20 jours par mois) quelques gouttes de sang mais pas encore de vraie règles. Elle a vecu test gynéco, irm, scanner, aucun médicament ne soulage la douleurs ni bouillotte la fille de mon amie ne supporte plus les douleurs pense même au sucide pour ne plus souffrir elle voit un psy et s’ouvre assez bien. A néanmoins une image dévalorisée d’elle même car pas slim comme le voudrait notre société mais elle est dans les courbes.

    Pour son image j’ai quelques idées pour l’aider pour le reste je pense que ses règles ont l’air d’avoir du mal à s’établir mais j’avoue autant de douleurs c’est étrange le corps médical veut la faire entrer dans un centre anti douleur car au niveau pysiologique tout va bien ils ne savent plus comment l’aider;

    je veux bien vos avis et suggestions merci d’avance

     

     

    #15062
    Christophe BERNARD
    Maître des clés

    La pauvre… 10 ans à peine et avoir à gérer ça…

    Je ne sais pas si les plantes vont pouvoir soulager de telles douleurs. Mais je testerais tout de même une approche assez simple, avec :

    • Framboisier, comme tonique de la fonction utérine, je ferais forme gémmothérapie, perso je n’utilise que les macérats concentrés (une histoire d’habitude). Ici je ferais un dosage adulte, 5 gouttes matin et soir.
    • Achillée, car elle fait tellement de choses et a la possibilité de débloquer certaines situations complexe d’un point de vue cycle. Je doute que l’infusion passe, donc teinture, 20 gouttes matin et soir, mélangées au framboisier pas de souci
    • Et je rajouterais probablement oméga 3 et oméga 6, spécifiquement sous forme huiles de poisson (ex ERGY3 si tu es en France) et huiles onagre/bourrache (un peu cher mais vaut la peine de tester).

    J’explique plus tard dans le programme pourquoi tous ces choix… Le tout appliqué sur 2 ou 3 mois.

    Pour la gestion de la douleur lorsque celle-ci est vraiment forte, on en parlera plus dans le module endométriose… plantes comme la corydale, mais là on est dans des protocoles adulte…  Une forte concentrée de curcuma et standardisée en curcumine (ex : Curcumaxx C+) pourrait aussi bien aider à calmer l’inflammation/douleur, mais cela commence à faire beaucoup de choses donc à garder dans la poche arrière.

    #15063
    Amélia L.
    Participant

    Merci beaucoup, pour la posologie en onagre bourrache ça serait combien ? Merci d’avance

    je vais tester les vapeurs périnéales c’est surprenant parfois je me dis que déjà la chaleur va aller débloquer peut être cette partie. Avec Achillee estragon, romarin dans un premier temps je vous en dirai plus quand j’en serai plus

    #15064
    Katia
    Participant

    On va bien trouver avec tous nos cerveaux réunis ! Il faut l’aider cette choupette !

    Essayé avec succès chez des patients avec douleurs spondy ++++++. Ils ont réussi à stopper un anti-inflammatoire en prenant

    2Linflam (labo belge) : homéopathie, sans effet secondaire, sans contre-indication. Suivre la numérotation. 1 par jour

    +

    Gemmo cassis

    A essayer sans hésiter : acupuncture et hypnose.

    On ne traite là que les symptômes, il faudrait continuer à creuser pour en connaître l’origine…

    On croise les doigts ! Courage !

    #15068
    Florianne B.
    Participant

    Bonjour,

    en lisant les messages, ça me fait penser, en complément, à des séances d’ostéopathie pour voir si y a pas quelque chose de bloqué qui provoquerait ces douleurs

    et peut être au quotidien quelques exercices de yoga spécifiques pour remettre en circulation fluides et énergie dans la zone…le yoga pourra aider aussi pour gérer émotionnellement cette situation difficile

    je me souviens de mon acupuncteur qui disait à chaque fois : si y a douleurs, c’est que quelque chose ne circule pas, sang, fluide, lymphe, Qi… alors il faut aider à remettre en mouvement, acupuncture entre autres, mais aussi par le mouvement de la zone, petit à petit, sans brusquer, mais un petit peu chaque jour

    courage à cette petite

    #15069
    Danièle F.
    Participant

    Bonjour,

    Christophe, est que la teinture de passiflore, en doses adaptées au poids de la petite bien sûr, peut être envisagée au moment des crises les plus douloureuses et handicapantes pour la soulager?

    Bonne journée.

    #15070
    Amélia L.
    Participant

    Pour le mouvement bien sûr j’y pensais je fais toujours quelques chose dans ce sens avant les vapeurs périnéales

    et je ne sais pas pourquoi mais j’ai une sensation à vérifier est ce que la petite accepte sa feminité avec donc des règles qui arrivent des changements (ni sa soeur ni sa maman ne souffrent de cycles douloureux)

    concernant la passiflore en tenture le problème c’est qu’elle souffre mini 20 jours par mois donc ça voudrait dire la prendre quasi tout le temps ce n’est pas un problème en soi mais je le précise

    belle journée

    #15072
    Caroline 0.
    Participant

    Bonjour,

    Une méthode douce et qui peut changer beaucoup de sotiztion inflammatoire, la méthode GARDELLE en hydrothérapie. Cette méthode est peu couteuse. Il s’agit d’appliquer du froid, vessie avec des glaçons sur la partie inflammatoire et une serviette chaude sur laquelle on met une bouillotte sur le foie. C’est yne méthode curative, aussi les temps de pratique sont plus ou moins longue à adapter selon les possibilités mais les résultats sont souvent miraculeux.

    Il est possible de trouver la méthode détaillée sur internet.

     

    Bon courage à la puce.

    #15074
    Christophe BERNARD
    Maître des clés

    Je pense que j’ai eu 2 questions dans les commentaires :

    • Dosage huile onagre/bourrache : je doserais dans les 1500 mg par jour
    • Teinture de passiflore : pas vraiment un antidouleur, plus un antispasmodique et relaxant, tranquillisant… possible que cela aide effectivement. Je testerais une 30’aine de gouttes à répéter toutes les 10 minutes pendant les crises, jusqu’à un maximum de 5 à 7 prises.
    #15112
    Marie F.
    Participant

    Bonjour,

    Je me permets d’ajouter un complément de réponse avec mon regard de sage-femme. Je n’ai pas de pistes de prise en charge pour cette enfant en particulier mais plutôt des remarques générales qui peuvent aider à la prise en charge.

    • L’enfant dont tu parles est non formée, on peut donc dire avec quasi-certitude qu’elle est pré-pubère. La puberté implique le développement des caractères sexuels secondaires et l’acquisition des fonctions de reproduction. Le développement des seins (thélarche) précède généralement les 1ères règles (ménarche) de 2 à 3 ans.
    • Les douleurs sont situées au niveau des ovaires et du périnée. Il faut savoir que beaucoup de femmes souffrant de douleurs pelviennes parlent de douleurs ovariennes, mais lorsqu’on demande de préciser la localisation de la douleur on se rend compte qu’elle est extrêmement variable. Il faudrait donc toujours demander à la personne de préciser et montrer, ici il serait intéressant de savoir si cette douleur est uni ou bilatérale, continue, pulsatile, à type de crampes, brûlures, « coup de poignard »…

    Les douleurs du périnée sont assez spécifiques (le périnée est le muscle qui forme un hamac soutenant les organes du petit bassin). Est-ce qu’il s’agit de douleurs pelviennes (situées dans le petit bassin) ou de douleurs vulvaires ?

    • Le fait qu’il y ait quelques gouttes de sang (de façon cyclique ?) laisse assez perplexe face au reste du tableau (10 ans et absence de télarche…).

    En règle générale (pas ici puisque tous les examens complémentaires ont été faits), chez une enfant sans signes hormonaux qui présente un saignement vaginal il faut penser en premier lieu à une infection vaginale et il est intéressant de questionner sur les leucorrhées (ou « pertes vaginales ») associées. Chez les enfants il est important ++ de questionner sur l’éventuel introduction d’un corps étranger… (bon parfois chez les adultes aussi il est pertinent de demander 😉

    • Pour finir, je suis allé vérifier le développement des ovaires en prépuberté/puberté. En période prépubertaire ils sont inférieurs à 3 cm, ils augmentent ensuite à la puberté (3 à 10 cm) pour finir par diminuer et mesurer classiquement 25-30 mm en préovulatoire.

    Ce qui est intéressant c’est que le volume ovarien augmente 1 à 2 ans <u>avant</u> le démarrage pubertaire (l’ovaire prend également à ce moment-là un aspect multi-folliculaire.

    Pourrait-on y voir ici une piste qui expliquerait les douleurs (et donc des idées de prise en charge) ? Je ne m’avancerai pas à la seule lecture de ton post mais l’info me semble tout de même pertinente.

    Désolée si c’est un peu long et barbant, mais ma pratique m’a montré qu’un interrogatoire précis et un peu poussé révèle toujours des choses intéressantes J

    Bonne journée !

    #15353
    Amélia L.
    Participant

    Bonsoir à tous

    merci de vos éclaircissements, tout d’abord la petite va beaucoup mieux je precise que j’ai proposé le framboisier en gemmo, la teinture d’aquillée et de passiflore la maman de la petite préférait attendre pour la bourrache onagre car sa fille a beaucoup de mal a avaler les gelules même souple comme celle ci. J’ai également fait des vapeurs perinéales quand elle est venu et un soin énergétique sur l’utérus (elle allait à la selle tous les deux jours et le soin à permis de réequilibré cela tout de suite)

    j’ai également préparer des fleurs de Bach pour aider l’emotionnel de la petite en ces moments difficiles.

    Sa maman m’a dit que depuis que je l’ai vu la douleur n’est plus au centre de la vie de toute la famille, Noeline a gagnée en autonomie et ne reveille plus ses parents la nuit, elle souffre beaucoup moins, n’a eu aucun saignement depuis refais du sport, voilà. Je la revois normalement en aout affaire à suivre je ne manquerai pas de vous raconter que ça soit positif ou non.

    Douce soirée

     

     

     

    #15355
    Christophe BERNARD
    Maître des clés

    Merci pour ce retour Amélia.

  • Auteur
    Messages
  • #15061

    Amélia L.
    Participant
    • Offline

    Bonsoir,

    La fille d’une amie rencontre un problème dont elle n’arrive pas à resoudre je vous explique le tableau

    fillette de 10 ans non reglée non formée qui commence tout juste à avoir quelques odeurs corporelles

    a des douleurs au niveau des ovaires du périnée (mini 20 jours par mois) quelques gouttes de sang mais pas encore de vraie règles. Elle a vecu test gynéco, irm, scanner, aucun médicament ne soulage la douleurs ni bouillotte la fille de mon amie ne supporte plus les douleurs pense même au sucide pour ne plus souffrir elle voit un psy et s’ouvre assez bien. A néanmoins une image dévalorisée d’elle même car pas slim comme le voudrait notre société mais elle est dans les courbes.

    Pour son image j’ai quelques idées pour l’aider pour le reste je pense que ses règles ont l’air d’avoir du mal à s’établir mais j’avoue autant de douleurs c’est étrange le corps médical veut la faire entrer dans un centre anti douleur car au niveau pysiologique tout va bien ils ne savent plus comment l’aider;

    je veux bien vos avis et suggestions merci d’avance

     

     

    #15062

    Christophe BERNARD
    Maître des clés
    • Online

    La pauvre… 10 ans à peine et avoir à gérer ça…

    Je ne sais pas si les plantes vont pouvoir soulager de telles douleurs. Mais je testerais tout de même une approche assez simple, avec :

    • Framboisier, comme tonique de la fonction utérine, je ferais forme gémmothérapie, perso je n’utilise que les macérats concentrés (une histoire d’habitude). Ici je ferais un dosage adulte, 5 gouttes matin et soir.
    • Achillée, car elle fait tellement de choses et a la possibilité de débloquer certaines situations complexe d’un point de vue cycle. Je doute que l’infusion passe, donc teinture, 20 gouttes matin et soir, mélangées au framboisier pas de souci
    • Et je rajouterais probablement oméga 3 et oméga 6, spécifiquement sous forme huiles de poisson (ex ERGY3 si tu es en France) et huiles onagre/bourrache (un peu cher mais vaut la peine de tester).

    J’explique plus tard dans le programme pourquoi tous ces choix… Le tout appliqué sur 2 ou 3 mois.

    Pour la gestion de la douleur lorsque celle-ci est vraiment forte, on en parlera plus dans le module endométriose… plantes comme la corydale, mais là on est dans des protocoles adulte…  Une forte concentrée de curcuma et standardisée en curcumine (ex : Curcumaxx C+) pourrait aussi bien aider à calmer l’inflammation/douleur, mais cela commence à faire beaucoup de choses donc à garder dans la poche arrière.

    #15063

    Amélia L.
    Participant
    • Offline

    Merci beaucoup, pour la posologie en onagre bourrache ça serait combien ? Merci d’avance

    je vais tester les vapeurs périnéales c’est surprenant parfois je me dis que déjà la chaleur va aller débloquer peut être cette partie. Avec Achillee estragon, romarin dans un premier temps je vous en dirai plus quand j’en serai plus

    #15064

    Katia
    Participant
    • Offline

    On va bien trouver avec tous nos cerveaux réunis ! Il faut l’aider cette choupette !

    Essayé avec succès chez des patients avec douleurs spondy ++++++. Ils ont réussi à stopper un anti-inflammatoire en prenant

    2Linflam (labo belge) : homéopathie, sans effet secondaire, sans contre-indication. Suivre la numérotation. 1 par jour

    +

    Gemmo cassis

    A essayer sans hésiter : acupuncture et hypnose.

    On ne traite là que les symptômes, il faudrait continuer à creuser pour en connaître l’origine…

    On croise les doigts ! Courage !

    #15068

    Florianne B.
    Participant
    • Offline

    Bonjour,

    en lisant les messages, ça me fait penser, en complément, à des séances d’ostéopathie pour voir si y a pas quelque chose de bloqué qui provoquerait ces douleurs

    et peut être au quotidien quelques exercices de yoga spécifiques pour remettre en circulation fluides et énergie dans la zone…le yoga pourra aider aussi pour gérer émotionnellement cette situation difficile

    je me souviens de mon acupuncteur qui disait à chaque fois : si y a douleurs, c’est que quelque chose ne circule pas, sang, fluide, lymphe, Qi… alors il faut aider à remettre en mouvement, acupuncture entre autres, mais aussi par le mouvement de la zone, petit à petit, sans brusquer, mais un petit peu chaque jour

    courage à cette petite

    #15069

    Danièle F.
    Participant
    • Offline

    Bonjour,

    Christophe, est que la teinture de passiflore, en doses adaptées au poids de la petite bien sûr, peut être envisagée au moment des crises les plus douloureuses et handicapantes pour la soulager?

    Bonne journée.

    #15070

    Amélia L.
    Participant
    • Offline

    Pour le mouvement bien sûr j’y pensais je fais toujours quelques chose dans ce sens avant les vapeurs périnéales

    et je ne sais pas pourquoi mais j’ai une sensation à vérifier est ce que la petite accepte sa feminité avec donc des règles qui arrivent des changements (ni sa soeur ni sa maman ne souffrent de cycles douloureux)

    concernant la passiflore en tenture le problème c’est qu’elle souffre mini 20 jours par mois donc ça voudrait dire la prendre quasi tout le temps ce n’est pas un problème en soi mais je le précise

    belle journée

    #15072

    Caroline 0.
    Participant
    • Offline

    Bonjour,

    Une méthode douce et qui peut changer beaucoup de sotiztion inflammatoire, la méthode GARDELLE en hydrothérapie. Cette méthode est peu couteuse. Il s’agit d’appliquer du froid, vessie avec des glaçons sur la partie inflammatoire et une serviette chaude sur laquelle on met une bouillotte sur le foie. C’est yne méthode curative, aussi les temps de pratique sont plus ou moins longue à adapter selon les possibilités mais les résultats sont souvent miraculeux.

    Il est possible de trouver la méthode détaillée sur internet.

     

    Bon courage à la puce.

    #15074

    Christophe BERNARD
    Maître des clés
    • Online

    Je pense que j’ai eu 2 questions dans les commentaires :

    • Dosage huile onagre/bourrache : je doserais dans les 1500 mg par jour
    • Teinture de passiflore : pas vraiment un antidouleur, plus un antispasmodique et relaxant, tranquillisant… possible que cela aide effectivement. Je testerais une 30’aine de gouttes à répéter toutes les 10 minutes pendant les crises, jusqu’à un maximum de 5 à 7 prises.
    #15112

    Marie F.
    Participant
    • Offline

    Bonjour,

    Je me permets d’ajouter un complément de réponse avec mon regard de sage-femme. Je n’ai pas de pistes de prise en charge pour cette enfant en particulier mais plutôt des remarques générales qui peuvent aider à la prise en charge.

    • L’enfant dont tu parles est non formée, on peut donc dire avec quasi-certitude qu’elle est pré-pubère. La puberté implique le développement des caractères sexuels secondaires et l’acquisition des fonctions de reproduction. Le développement des seins (thélarche) précède généralement les 1ères règles (ménarche) de 2 à 3 ans.
    • Les douleurs sont situées au niveau des ovaires et du périnée. Il faut savoir que beaucoup de femmes souffrant de douleurs pelviennes parlent de douleurs ovariennes, mais lorsqu’on demande de préciser la localisation de la douleur on se rend compte qu’elle est extrêmement variable. Il faudrait donc toujours demander à la personne de préciser et montrer, ici il serait intéressant de savoir si cette douleur est uni ou bilatérale, continue, pulsatile, à type de crampes, brûlures, « coup de poignard »…

    Les douleurs du périnée sont assez spécifiques (le périnée est le muscle qui forme un hamac soutenant les organes du petit bassin). Est-ce qu’il s’agit de douleurs pelviennes (situées dans le petit bassin) ou de douleurs vulvaires ?

    • Le fait qu’il y ait quelques gouttes de sang (de façon cyclique ?) laisse assez perplexe face au reste du tableau (10 ans et absence de télarche…).

    En règle générale (pas ici puisque tous les examens complémentaires ont été faits), chez une enfant sans signes hormonaux qui présente un saignement vaginal il faut penser en premier lieu à une infection vaginale et il est intéressant de questionner sur les leucorrhées (ou « pertes vaginales ») associées. Chez les enfants il est important ++ de questionner sur l’éventuel introduction d’un corps étranger… (bon parfois chez les adultes aussi il est pertinent de demander 😉

    • Pour finir, je suis allé vérifier le développement des ovaires en prépuberté/puberté. En période prépubertaire ils sont inférieurs à 3 cm, ils augmentent ensuite à la puberté (3 à 10 cm) pour finir par diminuer et mesurer classiquement 25-30 mm en préovulatoire.

    Ce qui est intéressant c’est que le volume ovarien augmente 1 à 2 ans <u>avant</u> le démarrage pubertaire (l’ovaire prend également à ce moment-là un aspect multi-folliculaire.

    Pourrait-on y voir ici une piste qui expliquerait les douleurs (et donc des idées de prise en charge) ? Je ne m’avancerai pas à la seule lecture de ton post mais l’info me semble tout de même pertinente.

    Désolée si c’est un peu long et barbant, mais ma pratique m’a montré qu’un interrogatoire précis et un peu poussé révèle toujours des choses intéressantes J

    Bonne journée !

    #15353

    Amélia L.
    Participant
    • Offline

    Bonsoir à tous

    merci de vos éclaircissements, tout d’abord la petite va beaucoup mieux je precise que j’ai proposé le framboisier en gemmo, la teinture d’aquillée et de passiflore la maman de la petite préférait attendre pour la bourrache onagre car sa fille a beaucoup de mal a avaler les gelules même souple comme celle ci. J’ai également fait des vapeurs perinéales quand elle est venu et un soin énergétique sur l’utérus (elle allait à la selle tous les deux jours et le soin à permis de réequilibré cela tout de suite)

    j’ai également préparer des fleurs de Bach pour aider l’emotionnel de la petite en ces moments difficiles.

    Sa maman m’a dit que depuis que je l’ai vu la douleur n’est plus au centre de la vie de toute la famille, Noeline a gagnée en autonomie et ne reveille plus ses parents la nuit, elle souffre beaucoup moins, n’a eu aucun saignement depuis refais du sport, voilà. Je la revois normalement en aout affaire à suivre je ne manquerai pas de vous raconter que ça soit positif ou non.

    Douce soirée

     

     

     

    #15355

    Christophe BERNARD
    Maître des clés
    • Online

    Merci pour ce retour Amélia.

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.