Cholestase hépatique

9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
  • Auteur
    Messages
  • #16221
    Anonyme

      Bonjour à tous, bonjour Christophe,

      J’ai reçu en consultation une jeune femme qui a souffert d’une cholestase hépatique pendant sa première grossesse (avec prurit important sur tout le corps qui a été le signe révélateur pour aller creuser et découvrir l’origine hépatique). Elle envisage une 2e grossesse mais a peur d’une récidive, et c’est vrai que les études donnent un taux de 50% de récidive sur une nouvelle grossesse dans ce type de situation…

      Je trouve cela pertinent d’aller soutenir le foie dans un parcours pour le moment de pré-conception (elle a encore un stérilet au cuivre actuellement) : notamment avec une alimentation enrichie avec des brassicacées, radis noir dans une salade de carottes par exemple, des jus de légumes, des herbes aromatiques carminatives et soutien du foie, et également des tisanes de romarin, citron ou menthe, citron. Que penses-tu d’une cure de pissenlit racines (20g/L) pendant quelques temps qui agit sur le foie et la vésicule biliaire?  Serait il intéressant d’y introduire aussi le desmobium protecteur du foie? et d’alterner le pissenlit racine avec le chardon marie où celui-ci serait trop fort sur un terrain où le foie est plus fragile?

      y at t’il des plantes totalement contre-indiquées avec ce type d’antécédent?

      pendant la grossesse, serait-il possible d’envisager par petites cures de temps en temps des tisanes de romarin, citron pour aider le foie et ortie pour reminéraliser ? Elle est souvent très basse au niveau du fer (mais certains compléments dont le tardyferon ont été déconseillés par les médecins car ils pourraient être un facteur déclenchant d’une cholestase) et je pensais donc axer sur les plantes + alimentation  pour aider sur ce terrain bas en fer ?

      merci beaucoup de ton retour !

      Nathalie F.

       

      #16245
      Christophe BERNARD
      Maître des clés

        Bonjour Nathalie,

        Il faut connaître les raisons de cette situation. Cela peut être à l’intérieur du foie (ex : inflammation des canaux biliaires) ou extérieur au foie (ex : obstruction à cause de calculs). Les conseils vont dépendre de ceci. Si tu avais une inflammation des canaux à l’intérieur du foie, effectivement une plante protectrice et antiinflammatoire du foie (chardon-marie, desmodium, curcuma) serait indiquée. Si tu as une obstruction externe / calcul, là tout dépend la taille du calcul, le risque de récidive si on “secoue” trop la vésicule, etc.

        Donc sans en savoir plus, compliqué de répondre. As-tu l’information ?

        #16251
        Anonyme

          Bonjour Christophe,

          en effet c’est vrai que je n’ai pas précisé mais il s’agissait d’une inflammation à l’intérieur du foie : canaux biliaires avec marqueurs sanguins ASAT et ALAT très élevés. Mais il n’y avait pas de calculs.

          merci pour ton retour !

          #16254
          Christophe BERNARD
          Maître des clés

            S’il y avait inflammation, j’agirais autant sur l’axe anti-inflammatoire hépatique que sur l’axe cholérétique. Des plantes comme le chardon-marie ou le curcuma sont d’excellent choix ici. Le desmodium ne semble pas cholérétique d’après mes recherches, donc peut-être le combiner avec du romarin par exemple, en infusion (décoction des feuilles de desmodium d’abord puis infusion de romarin dans la décoction de desmodium). De nombreuses plantes et combinaisons sont possibles.

            Je ne vois pas de contrindications spécifiques ici, juste de faire des préparations plutôt faiblement dosées au départ pour voir si elles sont bien tolérées. En tout cas l’idée de faire des cures de ces plantes régulièrement me semble judicieuse.

            Pendant la grossesse, tu trouveras dans le tableur sur la plateforme une bonne manière de sélectionner les plantes qui semblent sécurisées pendant la grossesse pour une prise de temps à autres, rajouter un peu d’ortie pour reminéraliser effectivement, jus de légumes si elle a un extracteur, etc.

            #17537
            Anonyme

              Bonjour Christophe,

              je me permets de re-ouvrir cette discussion pour une problématique un peu liée : une jeune femme qui souffre de calculs biliaires (un de 2,3cm et de la boue), elle n’a pas de soucis de digestion mais quelques douleurs parfois. On lui a proposé de lui retirer la vésicule il y a 3 ans, mais elle a refusé. Elle doit refaire des analyses prochainement, et elle envisage une grossesse. Elle a peur que cela puisse perturber le fonctionnement de la VB, peut-être faire bouger les calculs – augmenter leur taille avec les changements métaboliques: as-tu déjà eu des retours là dessus ?

              Y aurait-il des plantes non cholérétiques – cholagogues mais qui puissent aider à lyser ces calculs sans risquer de les faire migrer et de boucher les canaux? peut-on accompagner ce type de personne ou il n’y a pas de solution autre que l’ablation de la VB ou sonication sous laser encadré en milieu hospitalier?

              en te remerciant pour ton retour!

              belle journée,

              Nathalie

              #17538
              Marie N. (mnphyto)
              Maître des clés

                Bonjour Nathalie,

                Plutôt 2,3 mm ou vraiment 2,3 cm ?

                Elle fait bien de se préoccuper de ce sujet avant la grossesse (qui va empirer le problème), et si possible en dehors de la période de conception pour avoir plus de marge de manoeuvre avec les plantes…

                Super question merci. De ce que je comprends on ne peut dissoudre que les calculs à base de cholésterol..

                J’ai quand même lu que la Centella Asiatica pouvait aider en ce sens.

                En cherchant sur ce sujet, je trouve ce produit :

                Médicament pour le traitement des calculs biliaires

                L’invention concerne le domaine de la préparation de médicaments et décrit une formule pour le traitement des calculs biliaires. Le médicament est préparé selon les étapes suivantes : décoction de racines de thryallis gracilis kuntze, herba desmodii styracifolii, endothelium corneum gigeriae galli, fruit d’akébie à cinq feuilles, rhizoma alismatis, fourmi lion, ambre, radix astragali, pyrrosia, semen plantaginis, lygodium japonicum, tubercule de corydalis, centella asiatica et réglisse, filtrant, concentrant et brisant. Le médicament a de très bons effets sur la résolution et la décharge des calculs biliaires et est cholagogue.

                Source : https://patents.google.com/patent/CN103520399A/en

                Je suis donc preneuse Christophe d’avoir aussi ton avis sur le sujet 🙂

                Marie

                #17551
                Christophe BERNARD
                Maître des clés

                  Je n’ai pas d’exemple de plante non cholérétique/cholagogue qui pourrait dissoudre des calculs. Certains médecins prescrivent parfois de l’acide ursodeoxycholique pour faire cela.

                  N’oubliez pas que je ne suis pas médecin donc je n’ai pas non plus une grande expérience d’un point de vue impact de la taille des calculs sur le risque. Mais ma compréhension des choses est la suivante :

                  1. Il y a des calculs de grosse taille, tellement gros qu’ils comportent peu de risque de bouger et d’obstruer.
                  2. Il y a des calculs de petite taille qui peuvent passer et être évacués mais vont automatiquement causer une forte inflammation des voies biliaires (c’est le cas de la boue / sludge aussi).
                  3. Et puis il y a les calculs entre les deux, les plus problématiques car eux peuvent être éjectés de la vésicule et peuvent obstruer complètement les voies biliaires et envoyer la personne aux urgences.

                  Imaginons qu’il y ait 1, 2 et 3. Dans les grandes lignes, le but est d’aider la personne à peu à peu évacuer 2, en stimulant les voies hépatobiliaires (plantes cholérétiques et cholagogues), en douceur, sans prendre le risque de faire bouger 3. En fonction du ressenti, utiliser des antispasmodiques des voies biliaires (ex : chélidoine, viorne, igname, épine vinette) afin de relaxer un peu les tuyaux et permettre un passage avec moins de spasmes.

                  NOTE : chez certaines personnes, le passage de sludge ou petits calculs peut provoquer des douleurs tellement insoutenables que la personne demandera une intervention médicale. Donc effectivement il faut gérer ceci d’une manière très douce.

                  La personne est en général bien “branchée” sur les signes avant-coureurs et les petits “tiraillements” que l’on commence à ressentir lorsqu’on appuie un peu trop sur la pédale dépurative. Donc il faut travailler avec la personne de près, commencer très doucement avec des plantes bien tolérées comme le romarin, puis peu à peu introduire des cholérétiques et cholagogues un peu plus énergiques (racine de pissenlit par exemple), et reculer et/ou faire une pause si les signes avant-coureurs apparaissent.

                   

                  #17576
                  Marie N. (mnphyto)
                  Maître des clés

                    Coucou !

                    Et donc Christophe désolée d’insister mais c’est une légende l’action potentielle de Centella asiatica pour réduire la taille des calculs ?

                    #17587
                    Christophe BERNARD
                    Maître des clés

                      Non c’est juste que je n’ai pas l’information.

                    9 sujets de 1 à 9 (sur un total de 9)
                    • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.