Nausées

Étiqueté : 

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Auteur
    Messages
  • #13054
    Laurie P.
    Participant

    Bonjour, désolé je suis un peu à la bourre et je n’ai pas regardé le webinaire donc la question a peut être été posée; concernant les nausées peut-t-on utilisé l’HE de menthe poivrée en olfactif? Merci

    #13059
    Christophe BERNARD
    Maître des clés

    Bonjour Laurie.

    Si tu regardes un peu partout sur internet, tu verras que cette huile essentielle est à proscrite pendant la grossesse à cause de la richesse en cétones.On mentionne neurotoxicité et risque d’avortement.

    Les ouvrages de référence en aromathérapie (l’excellent ouvrage de Tisserand par exemple, ou celui de Faucon) expliquent que le problème principal se situe principalement autour de la neurotoxicité chez l’enfant. Chez l’adulte, pour avoir un effet neurotoxique, il faut déjà une certaine dose. Chez l’enfant jeune ou le bébé, on rentre dans des doses beaucoup plus faibles.

    Je me dis donc que s’il y a un risque pour le fœtus, c’est probablement un risque de neurotoxicité à une période de grande fragilité. Maintenant, comme d’habitude, la différence entre le poison et le remède est la dose. Une ou deux inhalations sèches de menthe poivrée – OK ou pas ? C’est là où plane le doute. Et dès qu’il y a un doute, personnellement, je choisis le principe de précaution, surtout que nous n’avons que très peu de tradition pour les HEs, c’est un produit relativement nouveau. Si des aromathérapeutes confirmés ont une opinion, n’hésitez pas à intervenir.

    J’essaierais donc d’autres HEs en inhalation sèche, la lavande vraie par exemple, afin de voir si cela soulage.

    Et pourquoi une petite infusion de menthe poivrée et pas l’HE ? Car j’ai des données sur lesquelles me reposer pour les formes traditionnelles, et que l’HE est un produit bien à part de par sa concentration et la pénétration extrêmement rapide au travers des muqueuses de la peau, nasales ou autre.

  • Auteur
    Messages
  • #13054

    Laurie P.
    Participant
    • Offline

    Bonjour, désolé je suis un peu à la bourre et je n’ai pas regardé le webinaire donc la question a peut être été posée; concernant les nausées peut-t-on utilisé l’HE de menthe poivrée en olfactif? Merci

    #13059

    Christophe BERNARD
    Maître des clés
    • Offline

    Bonjour Laurie.

    Si tu regardes un peu partout sur internet, tu verras que cette huile essentielle est à proscrite pendant la grossesse à cause de la richesse en cétones.On mentionne neurotoxicité et risque d’avortement.

    Les ouvrages de référence en aromathérapie (l’excellent ouvrage de Tisserand par exemple, ou celui de Faucon) expliquent que le problème principal se situe principalement autour de la neurotoxicité chez l’enfant. Chez l’adulte, pour avoir un effet neurotoxique, il faut déjà une certaine dose. Chez l’enfant jeune ou le bébé, on rentre dans des doses beaucoup plus faibles.

    Je me dis donc que s’il y a un risque pour le fœtus, c’est probablement un risque de neurotoxicité à une période de grande fragilité. Maintenant, comme d’habitude, la différence entre le poison et le remède est la dose. Une ou deux inhalations sèches de menthe poivrée – OK ou pas ? C’est là où plane le doute. Et dès qu’il y a un doute, personnellement, je choisis le principe de précaution, surtout que nous n’avons que très peu de tradition pour les HEs, c’est un produit relativement nouveau. Si des aromathérapeutes confirmés ont une opinion, n’hésitez pas à intervenir.

    J’essaierais donc d’autres HEs en inhalation sèche, la lavande vraie par exemple, afin de voir si cela soulage.

    Et pourquoi une petite infusion de menthe poivrée et pas l’HE ? Car j’ai des données sur lesquelles me reposer pour les formes traditionnelles, et que l’HE est un produit bien à part de par sa concentration et la pénétration extrêmement rapide au travers des muqueuses de la peau, nasales ou autre.

2 sujets de 1 à 2 (sur un total de 2)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.