Posologie mélange de teintures

8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
  • Auteur
    Messages
  • #19900
    Lucie R.J
    Participant

      Bonjour,

      Je souhaiterais préparer un mélange de 3 teintures pour une jeune fille de 11 ans (46kg) qui présente des dysménorhées (crampes+++, congestion pelvienne et fatigue) :

      Christophe préconise en cas de dysménorrhée : 3 à 5mL/prise pour un adulte de 70kg

      Selon son poids, j’ai calculé qu’elle pouvait prendre 2 à 3,3mL/prise du mélange, soit 40 à 79 gouttes/prise.

      => Mes questions sont comment répartir cette posologie entre les 3 teintures, faut-il partir sur la fourchette haute ou basse? En répétant les prises 5 à 7 fois, serons-nous toujours dans les fourchettes thérapeutiques de sécurité? Sur combien de jours maximum? Le temps des menstruations?

      • Achillée millefeuille
      • Gingembre
      • Viorne

      A prendre toutes les 10 à 30 minutes si nécessaire, jusqu’à 5 à 7 fois par jour.

      + Infusion de fleurs de matricaire : 1 cas par tasse de 300mL, 2 à 3 tasse par jour.

      + Bg framboisier et romarin : 2 gouttes de chaque matin et midi dans un peu d’eau, du 14e au 28e jour du cycle, pendant 3 mois.

      + Poudre de feuilles d’ortie (3g?) et spiruline (3g?)

      + Vitamine C

      + Mg et vitamines du groupe B

      + Huile de poissons des mers froides standardisées en EPA/DHA en continu, pendant 3 mois

      + Huile d’onagre à commencer 10 jours avant les règles et les 2 premiers jours, pendant 3 mois

      + Massage du bas ventre (antalgique et antispasmodique) et des zones de réflexologie plantaire (décongestionnant pelvien) avec des HE

      + Recommandations hygiéno-diététiques

      Rq : Vérifier le statut en fer sérique et en vitamine D.

      Pensez-vous à d’autres mesures complémentaires? C’est une jeune fille qui souffre de constipation chronique depuis toute petite; je pensais aux graines de psyllium broyées à diluer dans un verre d’eau?

      Un grand merci d’avance pour votre aide !

      Lucie

       

      #19916
      Marie N. (mnphyto)
      Maître des clés

        Bonjour Lucie, pour le dosage, tout dépend de la méthode avec laquelle tu te sens la plus à l’aise comme thérapeute. Personnellement je commence toujours avec le bas de la fourchette quitte à perdre des clients qui n’auraient pas la patience pour avancer avec moi, et il se trouve que j’accompagne souvent des hypersensibles donc réceptifs aux faibles doses, par ailleurs je sais que Christophe a contrario partirait sur des dosages au milieu ou en haut de la fourchette. En fait tout dépend de ton approche, de ta cliente.

        Sinon, je trouve ton programme très intéressant mais il me semble qu’il y a trop de produits, as-tu discuté avec elle de ce qu’elle était prête à mettre en place ? Ne peut-elle pas déjà tester la tisane de camomille matricaire (seule) avant d’introduire d’autres produits ? Elle a 11 ans…dis donc elle est réglée super tôt non ? C’est étonnant d’avoir les troubles que tu décris à un si jeûne âge, ça m’interpelle vraiment…

        #19917
        Katia
        Participant

          Coucou Lucie !
          Pauvre choupette !!!!

          Ostéo !

          #19943
          Lucie R.J
          Participant

            Bonjour Marie, Katia,

            Je vous remercie pour vos réponses.

            Je pense, Marie, qu’effectivement, tout dépend de l’approche thérapeutique que l’on souhaite mettre en place, son ressenti en tant que thérapeute, et de l’expérience que l’on peut avoir. Il est intéressant peut-être aussi de commencer avec des doses de la fourchette basse, et suivre l’évolution du trouble, être à l’écoute de son consultant. Cela implique aussi beaucoup de disponibilité et de temps… Il peut y avoir également une notion “d’urgence” selon la pathologie accompagnée et la demande du consultant.

            Il me semble que les enfants sont assez “réactifs” tant au niveau physique que sur la sphère subtile énergétique, psychique et émotionnel. J’ai plus d’expérience avec les huiles essentielles et les hydrolats qu’avec la phytothérapie., et il est vrai que parfois il n’y a pas besoin de tant de choses que ça pour être efficace.

            Il me semble que l’installation des premières menstruations est souvent chaotique et douloureuse chez une majorité d’adolescentes. Mais, je suis d’accord avec toi Marie, les premières ménarches commencent de plus en plus tôt probablement à cause d’un environnement saturé en molécules de synthèse perturbatrices endocriniennes que l’organisme a du mal à assimiler et éliminer. Mais, je pourrais aussi conseiller à cette jeune fille de consulter un gynécologue pour la tranquiliser, écarter une éventuelle pathologie, et pour qu’elle puisse exprimer sa féminité auprès d’une personne objective.

            Je souhaitais lui proposer des massages du bas ventre avec des HE, et en complément une voie orale. Penses-tu Marie que la tisane de camomille matricaire sera suffisante en cas de crampes douloureuses? Il manque l’axe de décongestionnant pelvien.

            Pour la teinture, pour cette jeune fille de 46kg, je pensais proposer de faire un mélange de 20 gouttes de teinture d’achillée millefeuille, 10 gouttes de teinture de gingembre (elle présente également une perte d’appétit), et 10 gouttes de teinture de viorne, à prendre toutes les 20 à 30 minutes si besoin, jusqu’à 5 à 7 fois par jour. Qu’en penses-tu? Vaut-il mieux se concentrer sur une seule plante (l’achillée par exemple), observer pendant 2 à 3 cycles, et rajouter les autres plantes si besoin ?

            OU aurait-on pu penser à des EPS? Les plantes mentionnées ci-dessus existent-elles sous cette forme?

            OU simplement utiliser les macérats glycérinés de bourgeons de framboisier et romarin sur 3 mois?

            OU proposer un mélange d’HA à prendre une semaine avant et pendant les règles avec : HA achillée, romarin ABV, basilic doux et rose -> 1 cac dans un verre d’eau 3 fois par jour.

            Pour ce qui est des conseils en micronutrition, je vais axer prioritairement sur le magnésium et les vitamines du groupe B, et les AGPI oméga 3 (EPA/DHA). Et expliquer l’importance d’une alimentation antiinflammatoire et hypotoxique, et l’éradication le plus possible des PE de son environnement.

            Katia, tu proposes la consultation d’un ostéopathe; comment va-t-il pouvoir la soulager? Libération des tensions, circulation des fluides,… ? Je pensais aussi à la réflexologie plantaire.

            Un grand merci à toutes les deux pour votre aide!

            Lucie

            #19944
            Katia
            Participant

              Alors je ne sais pas quelles manipulations il/elle va faire mais d’expérience, c’est toujours très utile et même salutaire !

              Je pratique la réflexo mais n’ai jamais observé d’apaisement si les douleurs sont vives.

              Par contre, l’acupuncture est absolument incroyable ! Il faut pouvoir aller au cabinet (en plus d’un suivi classique) le jour J…. très efficace !!!

              EPS : Alchémille, Alfalfa, Artichaut, Aubépine, Avoine, Bardane, Busserole, Canneberge, Caralluma, Cassis, Chardon-marie, Curcuma, Cyprès, Desmodium, Echinacée, Eschscholtzia, Fumeterre, Gattilier, Gentiane, Ginkgo biloba, Ginseng, Grande camomille, Griffonia, Guarana, Hamamélis, Houblon, Marron d’Inde, Mélilot, Mélisse, Millepertuis, Mucuna, Noyer, Olivier, Orthosiphon, Ortie P. A. (partie aérienne), Ortie racines, Passiflore, Pensée sauvage, Pervenche de Madagascar, Piloselle, Pin sylvestre, Pissenlit, Plantain lancéolé, Prêle, Radis noir, Réglisse, Reine-des-prés, Rhodiole, Sauge sclarée, Saule, Scrofulaire, Sureau, Tribulus, Valériane, Vigne rouge.

               

              #19947
              Lucie R.J
              Participant

                Merci Katia pour tes retours d’expérience sur les approches complémentaires. Je transmettrai.

                Et merci pour le listing de plantes que l’on peut trouver en EPS.

                #19951
                Marie N. (mnphyto)
                Maître des clés

                  Bonjour Lucie, je ne sais pas si la tisane de camomille matricaire va suffire, mais disons qu’à 11 ans je me dis que l’origine psycho-émotionnelle du problème peut être importante et que la matricaire permettrait d’amener de la douceur, de l’apaisement, sans rechercher une action trop puissante non plus pour démarrer..avec effectivement des massages ponctuels en complément, pourquoi pas. Et puis, remettre ses douleurs dans un contexte beaucoup plus global (alimentation, hygiène de vie, psyché..). Et si pas d’efficacité, pourquoi pas introduire des plantes à action un peu plus ciblée comme l’achillée (je commencerais une à la fois) en EPS ou en teinture.. non ?  Bon encore une fois chacun a son approche biensur ..

                  Entièrement d’accord avec Katia pour l’acupuncture !

                  #19972
                  Christophe BERNARD
                  Maître des clés

                    Bonjour Laure,

                    Je travaillerais par phase, et effectivement ce protocole me semble un peu complexe pour un démarrage avec une enfant.

                    Déjà, il me semble que 46 kg pour 11 ans… problème de surpoids ? Peut-être je me trompe mais je préfère demander car un excès de masse adipeuse peut pas mal perturber l’aspect hormonal.

                    Déjà, j’essaierai de débloquer la situation de constipation, cela serait mon premier axe de travail. Magnésium, éventuellement psyllium ou graines de lin. Ceci va commencer à bien décongestionner la zone digestion / utérus. Si surpoids et problématiques alimentaires, j’essaierais effectivement de supplémenter en huiles poisson / bourrache.

                    Les autres conseils micronutrition sont probablement intéressants, là encore en fonction de son type d’alimentation actuel.

                    Je n’irais pas encore vers les teintures et autres extraits liquides.

                    Maintenant, si tu poses cette même question à 20 praticiens sur ces forums, tu auras 20 réponses différentes. Donc loin de moi l’idée de te dire c’est LA manière de procéder. Mais à cet âge, j’ai souvent constaté que les choses peuvent se débloquer relativement vite.

                    Et si ce n’est pas le cas, tu as d’autres outils effectivement comme l’achillée ou la viorne que tu peux sortir dans les mois qui viennent. Il faut en tout cas se donner bien 4 à 6 mois, ne pas trop se mettre le stress de débloquer la situation là, tout de suite (je me suis beaucoup mis ce stress dans mes premières années de pratique, comme tous je pense).

                  8 sujets de 1 à 8 (sur un total de 8)
                  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.